MIRALL MOGUT* (*miroir flou; catalan): le blog de Fred Romano

Fred Romano, écrivain et artiste, a du faire face à la sclérose multiple. Elle a trouvé une cure et repris goût à la vie et à l'écriture. En 2011, elle a publié son nouveau roman en français, Normal aux éditions Kirographaires www.edkiro.fr/normal.html

09 mai 2005

la petite île

La petite île se fait lointaine, un mois déjà, sans la mer et sans les chats (qui détestent nos allées et venues et avec qui un rituel de retour compliqué s'est instauré: ils ne se laissent pas caresser comme ça dès que l'on revient, ça pas question, ils ont leur orgueil félin). Nous nous sommes goinfrés d'images et de mangers exquis, entre Budapest et Barcelone, mais nous sommes heureux de retourner (demain) à notre austérité méditerranéenne, bien que la venue inopinée des Princes d'Asturies aux Baléares risque de nous compliquer... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2005

de mil colores

Ainsi m'apparaît Barcelone au mois de mai, colorée, riante, ensoleillée, riche et arrogante comme une jolie jeune fille délurée. La vie est belle et douce, dans les rues nous croisons tous les jours des amis. Pas de printemps en Catalogne, mais le frémissement atmosphérique annonnciateur des grandes chaleurs (nous avons eu si froid cet hiver, nous sommes en manque de canicule et de jours s'allongeant inndéfiniment ) et déjà la terrible sécheresse. Saramago a prédit que l'Espagne se détacherait de l'Europe à la hauteur des... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 23:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2005

le retour des bonnes nouvelles

2-5-05 De retour à Barcelone, ma ville chérie du Sud, opulente, maritime, mediévale, surprenante, riche de couleurs et de sensations. Lorsqu'on revient de Hongrie, ça ressemble tout de même au Paradis, et surtout au Paradis des gourments. Car je suis accro (entre autres) à la cuisine espagnole, à l'huile d'olive et aux merveilleux fruits et légumes, lesquels, en Hongrie, bien qu'ils viennent d'Espagne, n'ont pas du tout le même goût! Mystères de la grande distribution, mais mon estomac est heu-reux, après un gueuleton royal au Siete... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2005

le temps des lilas

Temps splendide en Hongrie pour ce dernier jour, les lilas sont tous en fleur, comme pratiquement tous les vegetaux qui pollenisent au maximum et deversent leurs cellules de reproduction a tous vents: le miracle du printemps, ca faisait au moins dix ans que, depuis l'aride Espagne, je n'avais pas vu cela. Tres stimulant et mem un peu etourdissant. Ce qui est stupefiant, c'est la vitesse a laquelle avance le projet des aux thermales, et l'incroyable influence a ce chantier pharaonique. On m'a communique les prix des appartements qui... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2005

au secours l'Afrique

J'ai plusieurs manuscrits en relation avec l'Afrique, du Nord précisemment, un roman sur les prisons marocaines, et une traduction d'un tres vieux livre espagnol (1604) relatant la vie et l'histoire d'Alger, avec en prime ma conviction que cet ouvrage a ete ecrit par le plus celebre prisonnier d'Alger, le grand Cervantes. Les éediteurs francais ne sont pas intéressées. Ne me dites pas qu'il n'existe pas en Afrique un éediteur qui aurait le courage de me publier, a des conditions tres avantageuses....
Posté par FredRomano à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2005

DU MAL A COMPRENDRE

Je sais que c'est a la mode de se plaindre de ses parents, mais j'ai du mal a comprendre. A 10 ans, une triple rechute d'oreillons me provoqua des fievres de plus de 40. Ma mere ne m'emmena pas a l'hopital, pour des raisons qui ne sont pas claires. Toujours est-il que ces fievres sont probablem,ent a l'origine du mal qui m'affecte. Ma mere ne veut pas en entendre parler et ne prend jamais de nouvelles de ma sante, j'ai beaucoup de mal a comprendre.
Posté par FredRomano à 13:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 avril 2005

bons baisers depuis la Hongrie

Je suis en Hongrie et vous ecris depuis un cybercafe hongrois a eger, ce qui explique l'absence d'accents dans ce texte, le clavier hongrois etant quelque peu different des francais et espagnols ou encore anglais, une absurdite prehistorique datant des temps prediluviens de la machine a ecrire. En effet l'ordre des lettres sur le clavier etait determine par des raisons techniques, empechant l'explosion du cadre. Cet ordre, quelque soit la langue n'a plus aucune raison d'etre. La seule raison pour laquelle on n'a pas mis au point un... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2005

Juliette s'épaissit

Je suis dans le premier chapitre de Juliette. Tout d'abord, je bâtis une sorte de structure, en procédant comme dans une enquête. J'essaye d'en savoir le plus possible sur mon ou mes personnages pour définir leurs atributs, souvent très pratiques pour faire rebondir l'histoire ou pour engager une continuité. Ensuite, je procède par couches, épaissisant le texte par à-coups, jusqu'à obtenir une cohérence. Lorsque le texte final diffère notablement de l'original, c'est ce que j'appelle la logique du travail et je dois préserver ces... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 15:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 avril 2005

Vaincre la sclérose multiple

Cette maladie, qui frappe les malades dans la fleur de l'âge et les détruit petit à petit, est ignoble, tous ceux et celles qui en sont atteints, ainsi que leur entourage pourront vous l'affirmer. De surcroît l'état d'impotence totale dans lequel nous laisse la médecine traditionnelle n'est guère réjouissant, pas plus que l'alternative des médecines lourdes. La seule opportunité qui nous est laissée est de se prendre en main. Je suis bien placée pour savoir que ce n'est pas facile, mais il faut le faire tout de même. La méditation est... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2005

ser ou estar

La différence est subtile, et cependant elle imprègne toute la langue. Ser est définitif, estar est temporaire, bien qu'il y ait toute une gamme de combinaisons plus ou moins évidentes pour nous pauvres francophones qui n'avons pas la chance de cette subtilité linguistique, qui à elle seule pourrait valoir à l'espagnol le titre de langue philosophique. Car en Espagne, on n'est pas tout simplement comme en France et cette complexité de base ouvre l'esprit, relativisant l'égo. Pareillement, on n'aime pas son chien comme le fromage ou... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]