MIRALL MOGUT* (*miroir flou; catalan): le blog de Fred Romano

Fred Romano, écrivain et artiste, a du faire face à la sclérose multiple. Elle a trouvé une cure et repris goût à la vie et à l'écriture. En 2011, elle a publié son nouveau roman en français, Normal aux éditions Kirographaires www.edkiro.fr/normal.html

19 octobre 2006

Météo

Le temps ici est toujours aussi étrange. Beaucoup de nuages noirs,mais pas de pluie, alors que l'Espagne entière est sous les eaux. La température est haute, comme aux Tropiques en saison des pluies. Les gens sont un peu perdus, la migraine nous affecte et les changements d'humeur ronchonnent dans les foyers de Formentera.Néanmoins, beaucoup de souvenirs du temps de la Guadeloupe me reviennent et c'est très doux.
Posté par FredRomano à 18:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 octobre 2006

Dlagueuldeukismokton 3

En avant-première, je vous confie cette anecdote policière survenue à Formentera et qui intégrera mon roman en espagnol. A six heures du matin, les forces de police étaient en alerte: on avait dévalisé le canard Donald et le petit cochon du bar Plate. Les délinquants avaient récupéré 300 euros et étaient en fuite. Des inspecteurs de la Guardia Civil avaient failli provoquer un infarctus chez la femme de ménage en lui apprenant la nouvelle. Pendant ce temps, le chef de la Guardia Civil, en civil, faisait sa tournée d'isnpection quand... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2006

La pluie enfin!

Nous nous morfondions sous un soleil de justice, alors que l'Europe surnageait dans ses inondations. Puis aujourd'hui, sans prévenir-ce matin il faisait grand beau-, la pluie s'est abattue sur notre île. Violente était aussi la soif de notre terre, qui but aussitôt tout le liquide. La température a baissé de plusieurs degrés, les derniers touristes ont été emmenés avec le ressac d'automne. Pas de regrets, l'hiver commence et il va falloir se calfeutrer. Des amis s'en vont,ils ont vendu leur maison au bord de la plage à un milliardaire... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2006

Comme un air d'automne

Loin des disputes septentrionnales, Formentera se refuse à abandonner l'été. Le soleil cogne toujours bien fort, la mer ne s'est pas encore refroidie, en l'absence de pluies dignes de ce nom. Désolés, nous regardons le continent s'engloutir sous des pluies de plus en plus violentes, mais ici, pas une goutte ne vient soulager nos pauvres plantes. Les plages sont à nouveau désertes, mais elles offrent le lamentable spectacle d'une saison très concourrue, avec son lot de mégots, plastiques en tous genres, et merdes diverses. La mairie ne... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 20:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 septembre 2006

De l'eau, enfin!

La pluie est enfin tombée. Symphonie des odeurs, couleurs débarrassées de la couche de sable du désert apporté par les vents du sud, venus d'afrique au courant de l'été. Mais la mer est encore chaude, quoiqu'un peu trouble. Mes plantes respirent, se redressent après le joug estival qui les a penchées. Mais les pluies en Méditerrannée sont violentes, destructrices, tout autant que salvatrices. Elles arrivent quand on ne les attend plus et déracinent, creusent, remplissent, emportent. L'île est sans dessus-dessous, mais belle, comme une... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 20:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 septembre 2006

Manuel

Manuel est mon mari. Il est en train de me donner une des plus grandes joies que l'on puisse provoquer chez un écrivain. Car Manuel s'est mis à écrire, l'histoire d'une fille nommée Résurrection (en espagnol, les noms d'origine biblique affligent de nombreuses femmes). Manuel n'a jamais écrit, il aurait plutôt fait des études d'ingénieur. Mais voici cinq ans que nous vivons ensemble, cinq ans qu'il me voit bretter et batailler avec l'ordinateur et les mots, cinq ans qu'il est mon premier lecteur, mon premier témoin. Et apparement, il... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 22:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 août 2006

Amis du Scolopendre

Vous qui visitez assez souvent ce blog et qui êtes arrivés là en cherchant "scolopendre", je suppose que vous avez été mordus par ce qui se nomme en réalité scutigère véloce et que vulgairement et à tort on appelle "scolopendre". Sur le continent européen, il semblerait que la bestiole ne soit pas plus dangereuse qu'une guêpe (attention aux allergiques), mais aux îles Baléares, c'est une autre paire de manches, et la scutigère véloce se révèle venimeuse, pouvant provoquer de graves troubles et lésions à répétition... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2006

Chaud

37º à l'ombre: même les touristes tirent la langue.Toute personne rencontrée se plaint au moins une fois dans la conversation de la chaleur. Puis la vie s'arrête sur l'île entre 14 et 17h: il fait un grand soleil méchant. La seule idée d'approcher un ordinateur, ou toute autre machine (dégageant de la chaleur), me révulse. A l'heure de la sieste, l'art de vivre consiste en une disposition ingénieuse du ventilateur. Les plantes baissent toutes de la tête et les tons du désert ont envahi Formentera, où tout est roussi. Cependant, on dit... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 18:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 juillet 2006

L'été

L'été s'enfonce doucement, s'engloutit dans un long tunnel blanchâtre avec une lueur rouge au bout. Dans les Baléares, l'été représente une petite mort, à laquelle peu de végétaux résistent. Seuls ceux qui ont su utiliser l'ombre peuvent esperer s'en sortir, avec les pluies de l'automne. Où sont-ils, mes souvenirs de fraîcheur, à l'ombre de grands arbres verts ou encore bercée par le gazouillement ininterrompu d'un ruisseau? Ici, tout est écrasé par la chaleur. Pas de répit, le soleil brûle l'immensité du ciel. Cette année, seule nous... [Lire la suite]
Posté par FredRomano à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2006

Canicule

Ou le petit chien. Ainsi les égyptiens antiques nommaient-ils Vénus, l'étoile du berger, celle qui suivait le coucher du soleil, comme un petit chien. Dans nos temps modernes, la canicule est devenue un grand dogue, dont les canines déchirent nos jours et laissent nos heures à vif. Chaque année qui passe cuit un peu plus la céramique des champs et vide les lacs souterrains. Le petit chien mordille la planète
Posté par FredRomano à 22:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]