MIRALL MOGUT* (*miroir flou; catalan): le blog de Fred Romano

Fred Romano, écrivain et artiste, a du faire face à la sclérose multiple. Elle a trouvé une cure et repris goût à la vie et à l'écriture. En 2011, elle a publié son nouveau roman en français, Normal aux éditions Kirographaires www.edkiro.fr/normal.html

18 décembre 2006

Journée mondiale de la sclérose multiple

La bonne blague! Tout comme les associations auxquelles les médecins nous renvoient pour le suivi si délicat de cette maladie, l'argent ne sert jamais aux malades mais exclusivement aux associations. Les malades sont censés la fermer et bien gentiment et gracieusement travailler pour que "l'association vive". Mais nos vies à nous, nos vies mutilées, nos vies de souffrance, nos vies d'handicapés, qui s'en préoccupe? Les associations, répondent les médecins. Il suffit de se rendre dans leurs jolis bureaux et de faire un chèque. C'est le cas de toutes les maladies dites orphelines, comme la sclérose multiple (pas assez de malades pour déclencher des recherches). Comme les rares médecins spécialistes sont bien gênés pour répondre aux mille questions d'un quotidien salement perturbé, ils sont bien contents que les associations existent, même si les crédits suffient tout juste à payer les salaires et les jolis bureaux. Du coup, il ne reste plus de fric pour les malades qui ont tout même raqué. C'est con, mais en guise de consolation l'association envoie mensuellement une luxueuse revue brochée en quadrichromie racontant les activités de l'association et comment ils dépensent notre fric. C'est assez bien fait comme arnaque et on se sent d'autant plus con d'être malade.

Posté par FredRomano à 22:03 - sclérose multiple - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    journées mondiales

    C'te belle blague ! ça sert à quoi ? tu as bien raison. Le papier glacé polychromé ne fait guère avancer que le satisfecit nombriliste des occupants des beaux bureaux. Chaque jour maintenant il y a une journée mondiale de quelque chose dont tout le monde se fout. Le barnum du téléthon sélectionne ses "causes" selon les décisons d'un comité de gens sérieux, tu sais comme le monsieur sérieux qui impressionnait le Petit Prince. L'exhibition youp là là des gamins en fauteuils m'est insoutenable. Ce qui donne bonne conscience à des gens qqui pètent de santé et de fric c'est la charité exibitionniste. La télé : quelle loupe cruelle sur notre monde de merde arrosée de parfum mille fleurs ! J'ai ma crise ce soir, je suis fatiguée d'impuissance, de honteux désespoir, et pourtant quand je pense à toi c'est à une femme debout et claire dans sa tête;
    Je t'embrasse ma Belle Ilienne !

    Posté par duszka, 18 décembre 2006 à 23:11

Poster un commentaire